Claire Pollet — Tenir le pas perdu
Sept. / Oct.

Tenir le pas perdu
Claire Pollet
06.09 — 05.10.2014

Vernissage le 06.09.2014
À partir de 18:30

Un nouveau chapitre s’imprime entre les murs de Short. Claire Pollet matérialise des lectures, principal terreau de sa réflexion plastique. Elle privilégie le rythme ternaire : trois locutions comme trois volumes d’un journal intime qu’elle nous livre avec cette élégante pudeur qui la caractérise. Le temps est son autre compagnon. Ici, il se dilate autant qu’il se condense soulignant un interstice, imperceptible ou interminable. Du recto au verso, d’un battement de cœur à l’autre, de l’aube à l’aube. Claire nous laisse nous approprier cette polyphonie répétitive, aussi douce qu’entêtante. Tenir le pas perdu chuchote l’envie de tourner la page sans faire table rase du passé.

www.clairepollet.net

 

Jeune artiste issue du Fresnoy, studio national des arts contemporains à Tourcoing, Claire Pollet a reçu une formation en audiovisuel ainsi qu’à l'École supérieure des beaux-arts de Nantes. Elle vit aujourd’hui dans la région Nord-Pas-de-Calais. Une partie de son temps est consacrée à l'animation d'un lieu d'exposition associatif, Le 180, ouvert en 2011 dont elle est l'un des membres fondateurs. Elle fait partie des artistes soutenus et accompagnés par Fructôse, base de soutien aux artistes installée dans le port industriel de Dunkerque.

Texte : Hélène Cheguillaume
Image extraite du DVD Hans Richter – Early Works

Ce projet a reçu le soutien de la région Nord-Pas-de-Calais.

Nicolas Guiot — Folie Numéro Trois
Le projet Short

Short, espace dévolu à l’art contemporain est né du désir d’affirmer un lieu singulier dans le paysage culturel nantais. Des expositions monographiques privilégiant le principe de la carte blanche sont proposées régulièrement. Chaque artiste invité s’approprie l’espace dans une collaboration complice avec l’équipe Short. Des événements ponctuels sont aussi proposés en parallèle ou en complément des expositions. Ces rendez-vous — intra ou extra muros — sont organisés grâce à des partenariats entre Short et des acteurs culturels d’horizons divers.
L’ouverture de l’Espace Short en décembre 2012 a permis d’ancrer physiquement un projet à la fois atypique et nomade, initié dix ans plus tôt par des étudiants de l’École supérieure des beaux-arts de Nantes. Le lien avec cette institution reste aujourd’hui très fort, en témoigne notamment l’exposition estivale annuelle De Jeunes Diplômés.

La spécificité de l’« esprit Short » trouve un écho dans le choix de l’implantation géographique : 54 m² aménagés dans un bâtiment construit en 1830 dans le Bas-Chantenay, en bordure de Loire. Un quartier aux allures de friche réinvesti par des cabinets d’architectes et des ateliers de créateurs.
À proximité mais à la fois en marge des principales structures culturelles nantaises, Short développe un projet original et rythmé qui propose un panel équilibré entre art contemporain et création émergente. Un projet qui se veut avant tout proche du public.

Le projet Short reçoit le soutien de la Fondation Agnès b., du Conseil régional des Pays de la Loire, du Département de Loire-Atlantique et de la société Piktogram.

Équipe: Hélène Cheguillaume, Antonin Faurel, Vincent Mauroy, Frédéric Mèche, Céline Rosinga

Télécharger le dossier d'information

Short Cuts — commissariat de Patricia Solini
Archives

Short Cuts
Commissariat de Patricia Solini
06.07 — 03.08.2014

Short accueille les jeunes pousses de la scène artistique nantaise. Patricia Solini, enseignante à l’École des beaux‑arts de Nantes, propose Short Cuts, une entité constituée d’œuvres à la fois fragments, ouvrant sur l’univers des candidats au Dnsep 2014 : Zoé Alpaerts, Xavier Ambroise, Danaé Barbas, Damien Caccia, Xavier Cormier, Sandra Da Silva, Gaël Darras, Antonia Earls, Eva Gerson, Clément Guignard, Cécile Hadj Hassan, Guillaume Jézy et Jérémy Knez, Mathilde Kouskoff, Julien Langlois, Hyacinthe Le Rolland, Tiphaine Lemou, Marie Lépine, Beryl Libault de la Chevasnerie, Nsany Mayala, Alexandre Meyrat Le Coz, Laura Orlhiac, Romain Petit, Julia Piccolo, Marianne Pradier, Baptiste Sorin, Eri Tomonaga, Christophe Trevino, Alexandra Vincent.

 

Le Diplôme national supérieur d’expression plastique sanctionne la fin du cursus des écoles d'art. Il est délivré par un Jury aux étudiants au terme de la 5e année.

Photographie: Étienne Bauquin

Anne Brégeaut — Viens voir comme je te manque
Archives

Viens voir comme je te manque
Anne Brégeaut
24.05 — 22.06.2014

Anne Brégeaut pioche ses images dans le bréviaire d’une réalité acidulée de rêve et d’imaginaire. Ses œuvres ouvrent des fenêtres sur autant de petites fictions plastiques, déployant Short tel un roman à systèmes. La querelle académique opposant peinture et sculpture est définitivement obsolète laissant la place à de mystérieuses narrations sucrées-salées, dans lesquelles l’excentricité se mue parfois en une douce mélancolie. Les terrains hors champs deviennent alors des pages blanches, territoires de jeux de nos propres projections mentales. Viens voir comme je te manque, une exposition dont l’écho West Coast tinte comme un interlude haut en couleurs.

Lire le texte complet
anne.bregeaut.free.fr

 

Anne Brégeaut est née en 1971 en Auvergne et vit et travaille à Paris. Elle est actuellement représentée par la galerie Sémiose à Paris. Après l’obtention de son DNSEP à l'École des beaux-arts de Clermont-Ferrand, elle intègre le Post-diplôme de Nantes en 1994. Depuis, elle participe régulièrement à des expositions monographiques et collectives, en France et à l'étranger (la galerie Nettie Horn à Londres, la Fondation pour l’architecture à Bruxelles, la Villa Arson à Nice ou encore le MAC/VAL à Vitry…). Elle a récemment obtenu une aide à la recherche du CNAP pour un projet à Los Angeles.

Texte : Hélène Cheguillaume
Photographie: Adrien Selbert

Formes Vives — Souvenirs d'expédition
Archives

Souvenirs d’expédition
Formes Vives
23.04 — 07.05.2014

À l’occasion du festival Kraft, Short confie ses clés aux graphistes de Formes Vives qui font le pari de décloisonner les champs de la création. Souvenirs d’expédition trouve sa genèse dans les cavernes brestoises. Les dessinateurs ne se contentent pas des murs blancs pour une présentation linéaire et punaisée de leurs recherches. Ils éprouvent le lieu jusqu’à le transformer en un sympathique terrain d’investigations révélant l’utopie d’une structure sociale. Le visiteur est invité à ce pseudo pèlerinage au cours duquel le dessin se mue en dispositifs piochant dans les strates de l’histoire de l’art.
Short, espace d’expérimentation, se plie pour un temps à la pratique non conformiste et ouvertement militante de l’atelier Formes Vives.

www.formes-vives.org

 

Formes Vives est un atelier de graphisme politique, utopique et exigeant, actif depuis 2007. Il regroupe aujourd’hui Nicolas Filloque, Adrien Zammit et Geoffroy Pithon — installés entre Nantes, Marseille et Brest. Leur travail se focalise notamment sur des sujets politiques et sociaux. Formes Vives collabore avec des associations à but non lucratif, des collectifs militants, des institutions publiques et des artistes, avec l’ambition de produire des formes qui soient des prolongements cohérents et heureux à leurs pratiques.

Texte : Hélène Cheguillaume
Photographie: Adrien Selbert

Nicolas Milhé — Le Complexe
Archives

Le Complexe
Nicolas Milhé
15.03 — 13.04.2014

Lorsqu’une architecture invite son élégance et sa démesure à Short, un dialogue frontal à la fois sémantique et formel, s’instaure entre le caprice postmoderne et la friche industrielle. En lieu de dénonciation littérale, Nicolas Milhé prend la citation comme postulat. S’immisçant dans nos fondements politiques, il choisit un chemin de traverse en questionnant le fait du prince. Et la végétation indocile s’épanouit ironiquement, annonçant une disparition inéluctable…

Lire le texte complet
www.nicolasmilhe.com

 

Nicolas Milhé, né en 1976 à Bordeaux, vit et travaille à Paris. Il est représenté par les galeries Samy Abraham à Paris et Mélanie Rio à Nantes. Nicolas Milhé participe régulièrement à des expositions monographiques et collectives, en France et à l'étranger et ses oeuvres se retrouvent dans différentes collections (FNAC, FRAC, musées, artothèques). Après l’obtention de son DNSEP à l'École des beaux-arts de Bordeaux, il intègre, en 2002, le Pavillon, unité pédagogique du Palais de Tokyo. Ses oeuvres, à connotations politiques et sociales font appel à des champs d'interventions multiples.

Texte : Hélène Cheguillaume
Photographie: Adrien Selbert

Quentin Faucompré — Ping-Pong Kermesse
Archives

Ping-Pong Kermesse
Quentin Faucompré
09.11 — 08.12.2013

Quentin Faucompré fait sa Ping-Pong Kermesse à Short. Vous y verrez des dessins. Vous y croiserez peut-être : des idylles capillaires, de la poudre aux yeux et du rouge aux joues. Titi, des colibris, des pigeons, des chats et un dauphin. Un appétissant reliquaire. Des regards croisés et des délits de langage. Des fleurs, un Janus vaniteux, une allégorie de l’hiver arctique et aussi l’ombre d’El Pépito. Et pourquoi pas l’écho d’un chant d’amour de Wernher von Tegernsee, des oxymores et des ellipses, une esquisse de Rorschach. Nos rêves et nos cauchemars…
Ping-Pong Kermesse sera l’occasion de la sortie d’une édition tirée à 250 exemplaires numérotés. L’exposition sera également ponctuée par deux concerts à Short: Lovers (US) le vendredi 15 novembre et Vison (FR) le jeudi 21 novembre.

 

Quentin Faucompré est né en 1979. Diplômé de l’École supérieure des beaux-arts de Nantes en 2002, il a publié de nombreux livres (Les Requins Marteaux, Éditions MeMo, Le Dernier Cri, Orbis Pictus Club, L’Atalante, Éditions de l’Olivier, etc.) et participé à diverses expositions en France et à l’étranger.

Texte : Hélène Cheguillaume

Nicolas Guiot — Folie Numéro Trois
Archives

Folie Numéro Trois
Nicolas Guiot
07.09 — 06.10.2013

La folie ou villégiature d’agrément se caractérise par son architecture extravagante et ses dimensions déraisonnables. Les follies ou fabriques ponctuent les jardins paysagers romantiques comme autant d’artefacts aux évocations diverses. Aujourd’hui, Folie Numéro Trois investit l’Espace Short.
Entre mise en abyme et mise en scène, Nicolas Guiot redéfinit le lieu d’exposition de manière singulière par l’affirmation de la plasticité brute des matériaux de construction. À partir d’un lexique formel «empreinté» et dans un travail indocile, il nous entraîne dans une série de basculements et de glissements assimilant le contenant et le contenu, le décoratif et le fonctionnel, l’intime et le public.

Nicolas Guiot est né en 1978 à Lille. Après Bruxelles et Berlin, il vit et travaille aujourd'hui à Paris.

Télécharger le dossier de travaux

Texte : Hélène Cheguillaume

De Jeunes Diplômés: Joël Degbo, Yonsoo Kang, Benjamin Moutte, Mélodie Seïté, Pak Yin Wong, Ariane Yadan
Archives

De Jeunes Diplômés
Joël Degbo, Yonsoo Kang, Benjamin Moutte, Mélodie Seïté, Pak Yin Wong, Ariane Yadan
30.06 — 28.07.2013

Pour ce mois de juillet 2013 l’espace Short
propose une sélection de travaux d’étudiants de l’école supérieure des beaux-arts de Nantes ayant fraîchement validé leur Diplôme national supérieur d’expression plastique1.
Coordonnée par Marc Guerini — vidéaste et enseignant à l’école supérieure des beaux-arts de Nantes —, cette exposition est l’occasion d’offrir une vitrine et un espace d’expression privilégié à cette génération de jeunes artistes.

1. Le Diplôme national supérieur d’expression plastique sanctionne la fin du cursus des écoles d'art. Il est délivré par un Jury aux étudiants au terme de la 5e année.

Hystérésis —  Jean Herpin
Archives

Hystérésis
Jean Herpin
28.04 — 02.06.2013

Observateur sceptique, ironique voire consterné par l’état du monde, Jean Herpin aime interpeller le spectateur par ses dispositifs.
L’aspect technologique du matériau et du monde, toujours présent dans son travail, sollicite et tend à interroger nos lacunes mémorielles ainsi que l’absurdité des comportements qui émergent de nos sociétés post-modernes. L’archive — et son lien évident à l’Histoire — est aussi un moyen pour Jean Herpin d’engager un questionnement sur cette mémoire qui fait tant défaut quand il s’agit de se remémorer des faits historiques absurdes, douloureux ou coupables.
Pour son exposition personnelle à l’Espace Short, Jean Herpin propose quatre pièces: One way to kill dreams, Mystic magnets, Playground et Rubber blood.

www.jeanherpin.com

Jean Herpin est né en 1980 à Vendôme. Diplômé de l’école supérieure des beaux-arts de Nantes en 2006, il vit et travaille actuellement à Nantes. Il est également enseignant en école d’art.

Expositions récentes:
Marble and Celulloid, l’Atelier, Nantes, 2013
Something like usa, Tour Saint-Aubin, Angers, 2012
Croisements numériques, Galerie des Franciscains, Saint-Nazaire, 2011
Heaven's Gate, comet yourself, Galerie le Quatre, Nantes, 2011

Télécharger le carton
Plan et détails des pièces

Archives

Règle blanche
Nicolas Muller
02.03 — 31.03.2013

Commissariat: MBDTCurators

Avec Règle Blanche, la contrainte semble être de rigueur. Nicolas Muller déploie deux peintures murales noires et blanches, exécutées selon un protocole établi par l’artiste. Intitulées Règle blanche I & II, elles se composent d’une série de motifs, une partition construite à partir de cercles et de rectangles. Une sculpture, suspendue, verrouille l’ensemble.

www.nicolasmuller.com

Nicolas Muller est né en 1983 à Strasbourg. Il vit et travaille à Genève. Diplômé de l’école des beaux-arts de Metz et de la HEAD de Genève, ses oeuvres ont été exposées dans divers musées, centres d’art et galeries, en France, en Allemagne et en Suisse. Nicolas Muller est aussi fondateur de NM éditions, une maison d’édition indépendante qui publie et diffuse des livres d’artistes.